Balades dans les dunes

[22.10.2018 – 22.11.2018]

On vous avait laissé au moment où on installait notre campement sauvage et qu’on découvrait notre fuite d’essence. Après une concertation et avoir pesé le pour et le contre, décision est prise. On reprend la route malgré l’heure tardive et on essaye d’atteindre la civilisation au plus vite. Dans les régions sauvages, comme en Namibie, un des risques de conduire de nuit est d’entrer en collision avec des animaux sauvages. Donc en général, on évite et on monte la tente avant ou pendant le coucher de soleil au plus tard.

img_9051

Aujourd’hui fait exception et on se rend compte que les animaux, et bien on les voit au dernier moment. Heureusement on arrivera au camping de la veille sans accident, malgré une petite frayeur. Au moins ici, on se dit que si on tombe en panne, on pourra demander de l’aide. On passe au garage du lodge de luxe du coin et les mécanos, super sympas et efficaces, nous bricolent un truc pour qu’on puisse rouler jusqu’à Swakopmund et y trouver un garage mieux équipé qu’eux, sans tomber en panne d’essence.

Oui, parce qu’on veut passer par la côte sauvage de Skeleton Coast, où on ne trouve pas de station essence ouverte en cette saison. Cet endroit est magnifique, hors du temps et vraiment désert. Pourtant, nous n’en verrons qu’un petit bout, la majeure partie de la côte étant protégée et interdite aux touristes. Si jusque-là on avait des températures moyennes autour de 30°C, sur la côte on retrouve une brise fraîche et on ressort une petite laine avec joie pour aller manger un morceau sur le haut d’une dune, en regardant les vagues puissantes de l’océan atlantique se briser sur le rivage. Que ça fait du bien !!

La Skeleton Coast est notamment connue pour ses nombreuses épaves, témoins des difficiles conditions de navigation de la région. Nous faisons une halte à Cape Cross où nous voyons une colonie de phoques vivre sa vie. Et il y a de l’animation! Ça se bat, ça se rampe dessus, ça roupille et … ça accouche ! Oui, on mettra un peu de temps à comprendre d’où vient tout ce sang et en fait, on a juste assisté à des accouchements de bébé phoques en direct. Après il faut savoir que les phoques ça pue, mais alors beaucoup !! Je trainerai l’odeur plusieurs jours dans mes habits. Sympa !! Le camping à côté de Cape Cross est top et on en profite pour se faire une petite bière avec coucher de soleil sur l’océan. On est pas mal !!

Le lendemain, on dépose notre bolide au garage et ils nous promettent de nous le rendre plus tard dans la journée, pour qu’on puisse continuer notre expédition. On en profite pour visiter Swakopmund, ce qu’on n’avait pas spécialement prévu à la base. La visite se fait vite et je m’étonne quand même d’entendre parler allemand à tous les coins de rue. On a beau savoir que la Namibie est une ancienne colonie allemande, cela reste étonnant de voir autant de descendants de colons et de touristes allemands faire de Swakop une petite ville allemande au milieu de l’Afrique. Oui, ici on peut trouver des grosses bières, des Spätzli ou du Gulasch, au milieu des vitrines de magasins décorées comme il se doit pour Noël à coup de sapins et de guirlandes. Étonnant !

On n’est pas mécontents de continuer notre route, on n’est pas fans de l’ambiance et la solitude du désert nous manque. Nous avons pris un permis auprès des autorités compétentes pour pouvoir camper plusieurs nuits, en solitaire, dans le désert du Namib. Au programme, des randonnées au milieu de rochers aux couleurs éclatantes, la découverte de plantes millénaires impressionnantes, des rencontres nocturnes avec serpents et coyotes ou encore l’observation d’un ciel étoilé limpide et hypnotisant.

DSC_0110

Nous campons ensuite au pied des montagnes du Naukluft, en vue de faire le fameux Waterkloof Trail. Mais il fait tellement chaud, que nous partons avant 6h, afin de profiter de la fraicheur relative du matin. Mais nous terminerons tout de même les 17km par une baignade dans une petite « piscine » naturelle pour nous rafraichir, au moins quelques instants, et retrouver du courage pour boucler la boucle. On a de la chance, on nous avait dit qu’en cette saison il n’y avait plus d’eau en fin de parcours. Autant vous dire que je n’ai pas hésité une seconde quand j’ai aperçu cette petite vasque cristalline.

L’après-midi on se cale tant bien que mal à l’ombre, et on bouquine, jusqu’à ce que les températures soient plus supportables. Ou on observe un de ces merveilleux oiseaux, un tisserin, construire son nid suspendu juste au-dessus de nos têtes. Quelle dextérité! Oui, on passe sans problème des heures à regarder un oiseau faire son nid… Voilà notre quotidien, on se divertit en observant la nature autour de nous. 

En route, nous ferons une autre dégustation de vin (c’est sur notre route, alors pourquoi pas?) et nous goûterons d’autres viandes incroyables, spécialité de la région. On n’a pas eu beaucoup l’occasion de goûter des bonnes viandes pendant le tour du monde, on se rattrape en Namibie. Par contre, pour trouver des fruits par ici il faut se lever tôt. Heureusement, l’Afrique du Sud n’est pas bien loin et fournit une bonne partie des étals namibiens. C’est ainsi que, en prenant notre temps, nous arrivons aux portes d’un des endroits les plus emblématiques du sud du continent: le Sossulvei.

Et là, on en prend plein les yeux pendant 2 jours. On arrivera à s’ensabler (et à s’en sortir tous seuls) une fois, histoire de dire que oui, nous aussi on l’a fait. Mais passons plutôt aux images de cette partie incroyable du plus vieux désert du monde.

Nous resterons fascinés par tant de beauté et il nous est difficile de partir. On aimerait y revenir encore et encore, prendre un millier de clichés. Ou juste rester assis en haut d’une dune géante et regarder les couleurs changer. Bon, en pratique, on cuit entre 11h et 16h, donc pour la contemplation, ce n’est pas l’idéal. Alors nous remontons à bord de notre cher 4×4 pour l’amener tout au sud du pays. Nous roulons beaucoup et traversons des paysages merveilleux. Après avoir hésité, on se dit que quitte à être là, on aimerait voir le fameux canyon de Fish River. Il parait que c’est une des merveilles de la nature. Ce serait dommage de passer à côté…

Grâce aux rencontres faites pendant le séjour, on suit des petites routes secondaires et on trouve par miracle un petit coin d’ombre pour y faire la pause de midi. parfait! Sans ça, je pense qu’on attendrait le coucher du soleil et tant pis pour notre superbe salade de pâtes préparée avec amour la veille, comme chaque jour. Dans notre véhicule, nous avons heureusement un petit frigo, luxe dont on s’était passé sans soucis au Canada ou en Nouvelle-Zélande, mais qui nous a semblé essentiel pour ce road trip particulier. On ne s’y est pas trompés! Quel bonheur que de manger des produits frais sous cette chaleur.

Il est possible de faire un trek de plusieurs jours dans le fish river canyon, qui est le second plus grand canyon au monde. Malheureusement, suite à des mésaventures avec des touristes mal ou pas préparés pour une telle expédition, la réglementation s’est durcie et en cette saison il nous est interdit de faire cette rando. On se contentera des points de vue! Et quels points de vue… Encore une fois, cela valait la peine de venir jusqu’ici, pas de regrets. C’est tellement beau!!

La nature nous fait plein de cadeaux en Namibie, que nous avons pris beaucoup de plaisir à explorer. Des oasis verdoyantes au Nord, jusqu’aux déserts du Sud, tout en croisant la route de nombreux animaux sauvages. Oui, on peut le dire, la Namibie nous a malgré tout semblé sauvage. Malgré les fermes et les routes, la majeure partie du territoire, hostiles pour l’homme, reste intacte et sauvage. On savait que ça allait être un voyage d’exception, mais à ce point, on n’aurait osé l’imaginer…

DCIM112GOPROGOPR4572.JPG
Juste avant une descente de dune épique en courant

Il est temps pour nous de remonter sur Windhoek et de rendre notre véhicule. La ville parait endormie et nous la parcourons pour faire, enfin, quelques achats de souvenirs. Voilà 16 mois que nous sommes Globe Trotters. 16 mois que nous trimbalons notre maison sur notre dos, tels de petits escargots équipés de souliers. Nous ferons certainement un petit bilan de cette aventure prochainement, mais pour le moment il est temps de conclure cet article et de clore l’aventure africaine.

A bientôt les amis!! Et ne vous inquiétez pas, on ne range pas nos chaussures de randos, ni nos sac à dos, trop loin… 😉

img_9403

Marielle & Jérôme

 

Une réflexion sur “Balades dans les dunes

  1. Trop schön la Namibie !! On est aussi rafraîchi que vous lorsque vous arrivez sur la côte !!

    Pour le bilan on veut :
    – Le nombre de km parcourus : à pied, à vélo, en bus, en voiture, en bateau, en avion.
    – Le nombre de fruits chelous goûtés,
    – Le nombre de langues dans laquelle vous avez appris à dire bonjour,
    – Le nombre de kilos dans vos sacs,
    – Le nombre de trous dans vos chaussettes,
    – Le nombre moyen de photos par pays et le nombre total de photos dans le portable,
    – Le meilleur moment du monde mondial, celui où vous étiez en paix, cœur cœur avec vous même et le monde,
    – Le moment où vous vouliez un avion, là-maintenant tout de suite, pour vous retrouver autour d’une bonne bière en terrasse avec vos potes (bref, le pire moment de votre périple !)
    Et la photo de couverture de votre périple 😀

    Enormes bisous, trop hâte de vous revoir !!

    J'aime

Répondre à Flo Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s