Roadtrip en Namibie (Partie 1)

[22.10.2018 – 22.11.2018]

Après l’Afrique du Sud, nous atterrissons en Namibie. Un nouveau pays et le dernier de cette grande et belle aventure qu’est notre tour du monde. Mais pas de place pour la nostalgie, pour le moment nous sommes toujours en mouvement et motivés comme jamais. La Namibie, on en a beaucoup rêvé, avec ses paysages de carte postale, ses étendues sauvages, ses tribus Himbas ou sa côte désertique… Comme notre expérience dans le désert d’Atacama (Chili) avait été concluante, nous louons un 4×4 avec tente sur le toit pour ce roadtrip namibien.

img_9060

Allez en route, à peine arrivés, nous quittons la capitale Windhoek pour aller en direction de Spitzkoppe. Nous choisissons un camping au hasard sur la route. Nous nous retrouvons au milieu d’une ferme, dans un cadre agréable et, pour notre premier soir en Namibie, nous avons la chance de pouvoir tout de suite tester la solidité de la tente. Nous essuyons un bel orage, avec des rafales de vent qui nous font danser toute la nuit. Par contre, la tente est étanche. Ouf !

A Spitzkoppe, nous essuyons notre second et dernier orage de ce voyage en Namibie. Sur place, les rangers nous disent qu’il n’a pas plus depuis 2 ans, ils sont impressionnés et heureux de voir la pluie tomber et les rivières se gonfler. Il ne faut pas oublier que tout est question de perspectives, si certains en ont ras le bol de voir la pluie tomber tout le temps, d’autres y voient une immense chance. Nous, on a passé deux journées au frais grâce à ces orages qui, en plus, ont donné des couleurs spectaculaires aux paysages.

En chemin, nous ferons une dégustation intéressante de vin et eau de vie locale, nous nous baladerons dans la magnifique réserve de Erongo. Cela valait le détour, le cadre est somptueux!

Nous faisons une halte sur le plateau du Waterberg, formé de dunes fossilisées. D’en haut, on aperçoit le début du désert du Kalahari, c’est plat à perte de vue. C’est également dans ce parc que l’on apprendra à reconnaitre les traces de pattes de rhinocéros. C’est assez énorme et, des traces bien fraiches nous ferons écourter une randonnée. Alors les rhinos, c’est incroyablement chou. Mais on n’est peut-être pas encore prêts pour un face à face !

En Namibie, même si beaucoup de régions sont désertiques, il y a plein de vie. Un soir, nous verrons notre premier (et pas dernier) scorpion du voyage. Cela nous conforte dans l’idée que tous les soirs, quand la nuit tombe, hop on enfile les baskets et on range les claquettes. Une piqure de ces bestioles, ça ne doit pas faire du bien. Il ne sera pas rare non plus de croiser la route de coyote, serpents, singes, antilopes, crocodiles ou oiseaux en tout genre.

D’autres arrêts en route nous permettent d’observer de belles traces de dinosaures fossilisées, ainsi que faire un safari où nous aurons la chance de voir de superbes léopards en train de déguster une tête de gnou ou encore trois beaux rhinocéros.

Nous reprenons la route pour aller faire près de 3 jours de safari dans le fameux parc d’Etosha. Ce qu’il y a de particulier dans ce parc, par rapport à ceux que nous avons fait jusque-là, c’est qu’il est très facile de le faire en autonomie, à condition d’avoir un 4×4. En effet, les pistes sont bien aménagées pour accéder aux trous d’eau (pour la plupart naturels) où les animaux viennent se désaltérer. Et là, c’est magique. Tous les jours nous aurons un spectacle différent et sur ces 2 jours et demi, nous verrons :

  • 5 lions
  • 11 lionnes et un lionceau
  • 4 rhinocéros blancs
  • 6 rhinocéros noirs
  • 5 hyènes
  • Plus de 35 éléphants
  • Plus de 50 giraffes
  • Un nombre incalculable de zèbres, impalas, springbok, dik dik, kudu, oryx, autruches, etc.

Nous nous levons à l’aube, pour pouvoir sortir dès l’ouverture du portail. Entre 11h et 15h repos au camping, dans les piscines (vaseuses mais rafraichissantes) ou à l’ombre salvatrice d’un arbre. A cette heure là, les animaux font de même. Ils se remettent en mouvement un peu plus tard dans l’après-midi, où nous repartons les observer jusqu’à la fermeture des portes. Car oui, autre particularité des campings à Etosha, ils sont sécurisés. Ça nous change de la Tanzanie où des lions et des éléphants pouvaient se balader librement entre les tentes…

Il y a peut-être beaucoup de photos d’animaux non? Et bien on vous en redonne quelques unes, ça nous fait plaisir. Etosha, c’était beau, tellement beau!

Pouvoir voir évoluer ces animaux majestueux dans leur environnement, c’est une très grande chance. Un matin, nous aurons tout un groupe de lions rien que pour nous. Pendant plus d’une heure, nous les regarderons interagir, « partager » la viande d’un herbivore fraichement chassé ou encore tenter une approche d’un groupe méfiant  de zèbres. Magique. Autre moment fort, lorsqu’en allant vers un petit point d’eau asséché, nous nous retrouvons nez à nez avec un rhinocéros noir. Incroyable. Ou encore quand on se retrouve au milieu de ce groupe d’éléphants qui s’aspergent de terre blanche, leur donnant un look de statues géantes. Bref, Etosha nous a comblé et on recommanderait à tous ceux qui se rendent en Namibie de prendre leur temps pour l’explorer. Chaque jour le spectacle est différent, mais vaut la peine.

DSC_0297

Nous nous dirigeons vers le Nord Est de la Namibie, vers le Kaokaveld. Il s’agit d’une partie reculée du pays, territoire de plusieurs tribus dont les Himbas. Nous avons poussé jusqu’à la frontière angolaise, où la rivière Kunene, pleine de crocodiles, nous offre un spectacle naturel à savourer au coucher du soleil : les chutes Epupa.

Nous campons en bord de rivière. Oui oui, celle-là même où il y a des crocodiles. D’ailleurs, un bébé croco est posé sur la berge juste à côté de nous. Il lorgne sur les vaches qui passent, bien trop grosses pour lui (pour le moment…). Nous restons quelques jours, à nous reposer, écouter le doux bruit de la rivière et à profiter de cette oasis en plein désert.

img_8958

Nous reprenons la route pour nous diriger vers le sud, au Damaraland. Nouvelle région, nouveaux paysages, toujours autant de beauté. Les journées de route sont rythmées par des pic nic en bord de route, des pauses photos et le stop. Il y a très peu de transports dans ces régions du pays, également peu peuplées. Alors nous jouons au bus local, même si parfois on est arrêtés simplement pour nous demander des sous ou des bonbons…

Nous dormons dans un camping proche du site archéologique de Twyfelfontein, patrimoine mondial de l’Unesco. Il s’agit d’un site où l’on trouve des milliers de gravures rupestres San, représentant notamment tous les animaux qu’ils ont pu rencontrer, ainsi que leurs empreintes. Notre guide ne montre pas un énorme enthousiasme, mais le site en lui-même nous suffit. C’est assez impressionnant de penser que des gens ont patiemment gravé tous ces dessins il y a plusieurs millénaires. Au petit matin, nous escaladons une petite colline qui surplombe notre campement. Un bon exercice et quel bonheur de prendre un peu de hauteur!

Nous continuons notre aventure en allant faire du bushcamp (camping sauvage quoi) dans le domaine des éléphants du désert. Heureux comme tout, nous nous régalons encore de voir des zèbres, des antilopes et nous trouvons enfin un super spot pour la nuit. Au moment de s’installer, on sent comme une odeur bizarre. Mmmmmh, ça sent un peu l’essence par ici non?! Après une enquête digne des meilleurs Sherlock Holmes, il n’y a pas de doute. Nous avons une fuite dans le réservoir.

img_9036

C’est sur ce suspense insoutenable qu’on vous dit à tout bientôt pour la suite!!

Marielle & Jérôme

NB: Oui, nous avons mis longtemps, trèèèès longtemps à pondre cet article. Nous sommes rentrés depuis quelques mois maintenant et n’avons pas trouvé la motivation et le temps pour vous conter nos aventures namibiennes. Mais cela nous tient à coeur, car nous avons adoré découvrir ce pays. Et comme on aime aller au bout des choses, on vous le dit de suite, quelques articles vous attendent encore. Allez, encore 10 kilomètres!!

2 réflexions sur “Roadtrip en Namibie (Partie 1)

  1. Même a posteriori, c’est super de vous lire ! Et ça donne toujours envie de voyager !!! Les photos sont toujours aussi magnifiques et j’espère que vous n’avez pas trop le blues par rapport à tout ça 🙂
    Gros bisous !

    J'aime

    1. Merci!! On se sent surtout très heureux et chanceux d’avoir pu vivre un de nos rêves les plus chers et plus encore. La nostalgie est parfois là, mais on a encore tellement de choses à vivre et à découvrir !! Notamment les coins reculés de la Bretagne 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s