Amazonie, un autre monde

[09.05.18 – 22.05.18]

Après 26 heures de bus, nous arrivons à Lima, la capitale du Pérou. Le Pérou est un pays un peu spécial pour moi, car j’y ai fait mon premier grand voyage en Amérique latine et c’est aussi là que vit une de mes amies d’enfance, Gabi. Nous décidons de passer quelques jours dans cette ville un peu à la dernière minute, histoire de passer voir ladite Gabi et de rencontrer sa fille, la petite Martina.

IMG_3801

“Holà Gabi!! On est en Bolivie, au lac titicaca. On n’est pas très loin [à l’échelle sud américaine: 1500km], on peut passer te voir? T’es par là? Ok cool à dans 3 jours!”

On ne fera donc pas un tourisme conventionnel pendant ce séjour. Ce sera beaucoup de fromage, un peu de bière et de pétanque, des tentatives de hula hup pour Jérôme (Martina, elle, gère comme une pro), du vélo, un délicieux ceviche péruvien, des souvenirs épistolaires, etc…

Cette parenthèse nous permet de nous reposer, de recharger les batteries et de prendre nos billets d’avion direction une ville au nom exotique: Iquitos. Il faut bien se remettre en route, sinon Gabi va se retrouver avec de nouveaux colocataires !! En même temps, on a été tellement bien accueillis…

Direction donc Iquitos. Mais où se trouve cette ville?

En plein milieu de l’Amazonie péruvienne. Il y a deux moyens d’y parvenir. Soit par bateau, soit par avion. Le bateau prend beaucoup de temps (il faut compter au moins une semaine), les vols n’étaient pas cher et le temps commence à être compté: ce sera l’avion! Et c’est fou de quitter Lima, faire à peine deux heures de trajet et se retrouver dans la jungle, au bord de l’amazone. Le fameux fleuve dont on a tant entendu parler, nous le voyons enfin de nos propres yeux. Oui, on l’avoue, petite émotion à se retrouver dans cet univers particulier qui est l’Amazonie.

 

Mais avant d’aller plus loin, revenons-en à Iquitos. Cette ville est née et a « prospéré » au temps de l’exploitation du caoutchouc. Cette époque terrible a vu son lot d’horreur et a profondément marqué l’histoire de la région, notamment pour les communautés indigènes qui y vivaient. Beaucoup ont été pris comme esclaves pour travailler de force dans les exploitations de caoutchouc. Beaucoup ont également été tués et torturés. Extrait d’un article du Courrier International: « les nouveaux colons, ne trouvant pas satisfaisant le troc esclavagiste instauré par leur prédécesseurs, décidèrent d’assujettir tous les peuples indigènes de la zone. »

Si cela n’explique pas tout, ça permet de mieux comprendre les relations difficiles qu’il peut y avoir avec les peuples indigènes vivant encore de manière traditionnelle dans la jungle. Et la méfiance que ces derniers peuvent avoir envers les blancs! D’ailleurs à ce sujet, le petit musée des Culturas Indigenas est très intéressant. Une partie du musée parle des tribus qui vivent isolées du monde moderne, certaines par choix, ayant fui les atrocités de l’époque du caoutchouc. Pour ces tribus, le monde moderne vit toujours à l’heure du caoutchouc et est donc à fuir à tout prix. D’autres tribus n’auraient, elles, jamais été contactées…

Je m’arrêterai là pour le contexte historique et je reviens à Iquitos. Car oui, l’Amazonie nous appelle. On en a tant vu des documentaires sur Arte, des Ushuaia Nature a l’époque ou Nicolas Hulot ne faisait pas de politique, on a hate d’y aller!

 

Le lendemain de notre arrivée, nous rencontrons Juan Carlos, un guide Jivaro qui nous propose de faire un séjour dans le cœur d’une réserve en Amazonie. Malgré notre espagnol toujours aussi développé, le courant passe bien et nous avons un très bon feeling concernant ce guide. Nous serons rejoint ce jour là par sa femme, une française installée à Iquitos depuis plusieurs années. Nous ne mettrons pas longtemps à nous décider. Ce que proposent les agences, ça a l’air très bien, mais ça ressemble fortement à l’ambiance que nous avions eue au Pantanal: un lodge tout confort, des activités bien rodées, peu d’improvisation, des grands groupes et un prix ma foi bien hors budget. Que faire? Partir à l’aventure avec ce guide que nous ne connaissons pas? Le suivre pour aller camper dans la jungle loin de toute civilisation? Ou choisir la sécurité d’une agence au risque de passer à côté d’une véritable aventure?

Et bien je pense que vous vous doutez du choix que nous avons fait… On prévient Juan Carlos, c’est parti, à nous l’Amazonie!!

 

Pour nous rendre sur place, on commence par prendre une « lancha ». Il s’agit de ces bateaux qui permettent de se déplacer le long de l’Amazone pour pas trop cher. La première chose à faire en entrant est d’aller installer son hamac. C’est là que tu passeras la plupart du temps! L’endroit choisi est donc assez stratégique. Pour nous, ce sera à côté des cuisines avec vue sur le garde manger du bateau: des poulets pas en forme dans une cage. Le petit déjeuner est aussi compris, il s’agit d’un bout de pain et d’une bouillie faite à partir de l’eau du fleuve. Mmmh… non merci !! Vraiment!!

 

Ces heures passées sur la lancha ont été quand même agréables, avec la vue sur l’Amazonie et le doux bercement du hamac. Par contre Juan Carlos et Paola, si vous voulez qu’on dorme bien, racontez les histoires de vol et de pirates après le trajet. Pas avant!!! Oui, quand tu sais qu’il y a des pirates qui attaquent les lanchas la nuit, le sursaut vient facilement… Mais avec une bonne dose de fatigue et des boules quies, tout le monde au lit.

Le lendemain, on est arrivés à bon port. Premier arrêt dans un petit village, Jenaro Herrera, connu pour la production de ses fromages. Pendant que notre guide termine les préparatifs pour ces quelques jours, nous apercevons des dauphins roses dans le fleuve. Trop cool!!! On se sent bien en Amazonie, on a hâte d’aller dans la jungle. Nous prenons un « peke peke », ces longues barques à moteur direction un petit village d’où nous partirons a l’aventure.

 

Deux hommes du village nous accompagnerons en plus de Juan Carlos et c’est à 3 barques que nous partons en direction de notre premier campement. Il faut avoir un peu d’équilibre sur ces embarcations! Dans un silence total, sans bruit de moteur (il n’y en a pas!), nous traversons des paysages incroyables pour arriver sur un grand lac dans lequel il vaut mieux ne pas se baigner. Il parait qu’il y a tout un tas de chouettes poissons là-dedans… Notamment le Paiche, immense poisson d’Amazonie. Nous aurons la chance d’en voir un en Colombie, vraiment impressionnant…

 

Je ne sais pas comment décrire ces quelques jours dans la jungle. Les photos ne peuvent pas raconter ce qu’on y a vécu. Nous avons entendu beaucoup de bruits, surtout la nuit, quand la forêt se réveille. Ou quand les grands singes poussent leurs cris puissant en fin d’après-midi. Nous étions tellement sous le charme du moment, que nous n’avons ni pris de photo ni de vidéo, seulement écouté et regardé ces animaux impressionnants. Nous avons senti tellement d’odeurs, dont le délicieux fumet d’un piranha fraichement pêché en train de mijoter. Nous avons aussi vécu plein d’expériences, comme la pêche à la lance (qui m’a fait aimer la pêche, si si), l’observation nocturne de tarentules et de caimans ou encore dormir en plein coeur de l’amazonie, sous une moustiquaire.

 

La première nuit, je l’avoue, j’ai eu un peu de mal à trouver le sommeil. Puis on s’habitue à ce nouvel environnement, notamment grâce à nos supers guides. Qui, d’ailleurs, n’ont pas très bien dormi non plus leur première nuit. Effectivement, Juan Carlos, que nous reverrons après à Iquitos, nous racontera que nos deux accompagnateurs du village n’ont pas réussi à fermer les yeux la première nuit avec nous. Ils avaient peur que nous leur coupions le visage pendant leur sommeil… Il s’agit d’une croyance indienne, héritée d’une époque plus sombre de l’Histoire. Du coup, toute la nuit ils ont rigolé, ont fumé leur bon tabac de la jungle et sont allé pêcher. Ils nous on même ramené un bébé caïman. Il agonisera dans ma barque toute la journée du lendemain le pauvre… Puis, le surlendemain, il avait disparu. La version officielle étant qu’il serait parti pendant la nuit… Peut-être coule-t-il des jours heureux dans la forêt?

 

Il y aurait encore 1000 choses à raconter. Comment nous avons été accueilli dans le village pour dormir une nuit dans la famille d’un de nos accompagnateurs. La beauté des couchers de soleil sur l’Amazone. Les vertus médicinales de toutes ces plantes amazoniennes qui nous ont été expliquées par nos guides et que nous avons pu tester au cours de notre voyage. Le décalage ressenti en revenant dans l’ambiance des tuk tuk et des boutiques bruyantes d’Iquitos. L’envie de repartir dans la jungle, dès qu’on la quitte.

L’Amazonie est véritablement un univers à part. De tout notre voyage, nous n’avions pas encore ressenti ce que nous avons vécu là-bas. C’est immense, la nature est sauvage et bien vivante et, dès qu’on s’éloigne des villes, on retrouve un mode de vie plus tranquille et calé sur le rythme de la nature. On s’organise en fonction de la saison des pluies, de la crue et de la décrue du fleuve. Alors oui, on s’est fait dévorer par les moustiques, oui la chaleur et l’humidité sont prenantes, mais on s’y fait. On prend facilement le rythme, on fait la sieste dans le hamac quand il fait trop lourd l’après-midi et que l’orage éclate. On se lève avec les premiers rayons du soleil et on a qu’une envie, rester encore un peu dans ce monde tranquille et continuer à apprendre à le connaitre.

 

Il y a tant de trésors dans cette Amazonie! Alors c’est décidé, nous partons découvrir le côté colombien de l’Amazonie. À nous les moustiques, les poissons grillés et les bottes en forêt!!

 

Marielle & Jérôme

 

PS: Si vous souhaitez aller faire un tour dans la jungle aux alentours d’Iquitos, n’hésitez pas à contacter Juan Carlos. Dites-lui vos envies, vos craintes, faites votre petit sac à dos et partez à l’aventure!! Encore merci Juan Carlos et Paola pour nous avoir fait découvrir un petit bout d’Amazonie… (Juan Carlos Palla Flores, +51 964 842 706)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s