De la Patagonie au désert d’Atacama

[22.02.2018 – 21.03.2018]

Nous partons d’Auckland le 22 février, à 18h heure locale, et arrivons à Santiago 9 heures de vol plus tard, c’est à dire le 22 février à autour de midi… 16h de décalage horaire dans les dents, ça calme. On est vraiment très très fatigués, mais nous sortons tout de même rendre visite à notre ami Olivier le soir à Santiago.

Le lendemain, le réveil sonne autour des 4h du matin car nous avons un autre avion vers Coyhaique, petite ville au nord de la Patagonie chilienne. Autant dire qu’on ne voit rien du vol, ni du bus qui nous amène depuis l’aéroport vers le centre de cette charmante bourgade. Nous faisons quelques courses puis prenons un bus en fin d’après-midi vers Las Horquetas, lieux dit du départ d’un trek que l’on a dans un coin de la tête depuis plusieurs années: le trek du Cerro Castillo. Nous plantons donc la tente en bord de rivière, pour commencer la marche le lendemain matin. Cette nuit sera particulièrement froide (gelées), mais surtout nous aurons la visite d’un renard, qui nous réveillera en hurlant juste à côté de la tente. Marielle sortira alors un magnifique: “aaaahhhh, il faut faire quelque chose, il appelle ses copains, ils vont nous encercler!”, sans doute l’effet du décalage horaire!

Le trek dure 4 jours. La première étape est agréable et le chemin facile, serpentant dans la forêt. Nous traversons des pâturages, croisons des chevaux en liberté, voyons beaucoup d’oiseaux comme des piverts, et évidemment, des condors. Nous sommes aussi plusieurs fois obligé d’enlever les chaussures pour traverser des rivières. Pas de grosses difficultés et un temps superbe, qui nous permet même de faire une petite sieste digestive. Il y a quelques autres campeurs au premier bivouac, mais nous sommes loin de nous gêner les uns les autres.

Le lendemain, ça grimpe pas mal dans les éboulis, et on atteint un col encore bouché par la neige qui offre une superbe vue sur le Cerro Castillo et ses voisins, couverts de magnifique glaciers. Le temps est toujours au beau fixe, sans vent, parfait pour la sieste de nouveau. Nous dormons au pied du Cerro Castillo.

La plupart des campeurs redescendent le troisième jour vers le village, mais nous prenons le chemin de crête, à partir duquel nous sommes seuls. Nous grimpons la moraine puis passons au dessus du glacier et du lac glaciaire turquoise du Cerro Castillo. En haut de la crête, la vue sur le massif et sur les sommets environnants est absolument incroyable, et nous nous arrêtons presque 1h pour contempler le spectacle. Le chemin contourne le massif pour revenir dans un cirque sur le versant nord, et offre de beaux points de vue et une tranquillité absolue.

Pour le dernier jour, nous redescendons vers la civilisation et Villa Castillo. On retrouve les clôtures, des gens, et les lignes droites interminables sous un soleil de plomb. Après un dernier regard sur l’imposant Cerro Castillo, nous quittons la voie de la caratera australe et prenons la route vers l’Argentine et El Calafate, pour retrouver Maman, Michelle et Nono qui eux remontent du Torres del Paine. 40h de bus, bateaux, stop et marche plus tard, nous arrivons dans la folklorique ville d’El Calafate.

Nous nous installons au camping et retrouvons avec une très grande joie nos visiteurs! Et oui, déjà 7 mois que nous sommes partis, qu’est ce que ça passe vite! Nous faisons un tour de bateau sur le lago argentino pour rejoindre le front du glacier upsala et admirer les magnifiques icebergs bleus qui se décrochent du glacier flottant. En prenant un peu de hauteur, nous nous rendons compte de l’immensité du parc glaciaire patagonien. Par exemple, le seul glacier Upsala, une minuscule tâche dans cet océan de glace, est long de tout de même 53km.

Mais à El calafate, la star c’est le glacier Perito Moreno. Et nous comprenons pourquoi: une gigantesque langue glaciaire qui se jette dans un lac. En fait 2 lacs: le front du glacier vient buter sur la terre ferme, formant un premier lac au sud, plus élevé de plusieurs mètres (13m lors de notre visite) que sont voisin au nord. Le front du glacier et monumental, plus de 60m de hauteur. C’est un beau et bruyant spectacle que de rester devant la bête, et regarder les gros glaçons tomber dans les lacs au fil des heures.

Ensuite, nous changeons d’ambiance et faisons de la randonnée à El Chalten! Et ici la star c’est le Fitz Roy, un joli caillou. Nous aurons en plus la chance d’avoir une météo assez bonne pour voir le sommet de cette montagne qui culmine à 3700m, ainsi que les nombreux glaciers des environs. Par contre, le Cerro Torre, célèbre lui aussi, restera bien cacher dans les nuages.

Le Chili est un pays incroyable de diversité de paysages, de climats, et nous quittons la Patagonie pour visiter les vignobles autour de Santiago. Nous dégustons notamment le fameux Carmenere, délaissé en France et fierté nationale ici! Puis nous posons les sacs à dos et valises dans la très atypique ville de Valparaiso. Des maisons de taules et de bois de toute les couleurs, des arts de rue, des collines, des ascenseurs d’un autre temps. Valparaiso, c’est une vraie parenthèse au Chili et tout le monde est charmé par cette ville. C’est aussi l’occasion de déguster un ceviche, du poisson cru cuit au citron. Après une dernière halte à Santiago, Michelle et Nono repartent déjà vers l’Europe en se disant que finalement, eux aussi resteraient bien encore un peu :).

Effectivement, nous continuons à 3 avec Maman pour découvrir une autre région du Chili, encore très différente de celles déjà visitées. Réveil encore à 4h du matin pour prendre un avion direction San Pedro, en plein désert d’Atacama. Et comme promis: c’est grand ciel bleu, soleil de plomb et grosse chaleur. Mais comme nous sommes en altitude, entre 3000 et 5000m, c’est supportable. Et pendant une semaine, nous partons “à l’aventure” dans le désert. Effectivement, nous louons un 4×4 avec matériel de cuisine, tables, chaises, même une glaciaire mais surtout: une tente pliable sur le toit, ce qui nous permet de dormir où on veut. En gros, nous sommes libres. Libres de dormir où l’on veut, par exemple en plein désert de sel ou bien à 4000m sur un versant de montagne, libre de visiter ce que l’on souhaite et quand on le souhaite, par exemple quand il n’y a pas les tours opérateurs.

Et nous en prenons vraiment plein les yeux dans ces paysages désolés. Des volcans aux sommets enneigés culminants à 6000m, des salars à perte de vue, tant d’étoiles, des geysers et des sources d’eau chaude, un désert immense, sans un seul arbre ni ombre, un soleil brûlant. Pourtant dans cet univers hostile, il y a beaucoup de vie: vigognes, lama, lézards, beaucoup d’oiseaux dont le flamant rose, des crevettes vivent autour des rares points d’eau appelés ici les lagunas. Certaines sont accessibles à la baignade et nous flottons comme des morceaux de bois, à cause de la très forte salinité, c’est très drôle!

Pendant une semaine, nous serons chaque jour surpris de découvrir des paysages martiens, chaque jour différents, des couchers de soleil éblouissants, et des ciels étoilés incroyables. Décidément, le désert d’Atacama est une région unique et magnifique.

Après avoir passé 3 semaines ensembles (c’est court hein) pleines de découvertes grandioses et variées, Maman repart retrouver Michelle et Nono. Encore une fois, un grand merci à vous trois d’avoir traversé la planète pour partager un bout de notre aventure!

De notre côté, la route continue. Même si nous sommes a seulement quelques kilomètres de la Bolivie, nous choisissons de faire un détour, pour attendre la bonne saison en montagne. Nous repartons donc en Argentine, tout au nord…

DSCN8639

Jérôme & Marielle

2 réflexions sur “De la Patagonie au désert d’Atacama

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s