Le Laos au bout du guidon

VIENTIANE

Le bus de nuit nous amène de Bangkok jusqu’à Nong Khai, à la frontière laotienne. Nous passons la frontière terrestre sans encombre et traversons pour la première fois le majestueux Mekong via le friendship bridge. Un fleuve de traversé et ça y est, changement radical de décor. On sent qu’on n’est plus dans le même pays et on s’en va vers Vientiane avec le bus local.

Dès la sortie du bus, je repère quelque chose d’intéressant. Mais, elles vendent quoi toutes ces échoppes ? Des baguettes de pain et des sandwichs !!! Oui, ça parait anodin, mais depuis combien de temps n’a-t-on pas vu ça ? Dans toute la ville, et d’ailleurs un peu tout le pays, on sentira que la colonisation française du pays a laissé des traces, y compris dans les assiettes. Demain matin, petit déjeuner avec baguette et nutella. Le luxe ultime !

On quitte donc la gastronomie thailandaise pour découvrir la cuisine laotienne. A quoi ressemble-t-elle ? Pour en avoir un aperçu, rien de mieux que de faire un tour au marché de nuit ou plutôt autour du marché de nuit. Le soir, les vendeurs de rue s’installent partout pour y faire découvrir leurs spécialités. On adore ces ambiances et il est possible de très bien manger pour pas cher. Bon, même si parfois on tombe sur des plats vraiment trop spéciaux, on est souvent agréablement surpris. Et si un soir on n’a pas le goût du risque, des spring rolls ou du fried rice, c’est une valeur sûre inratable.

A Vientiane, pour une question pratique et économique, nous louons des vélos pour aller chercher nos visas pour le Cambodge. Et là, on sent qu’il se passe quelque chose entre les vélos et ce pays. Après la Thailande en masque et tuba, le Laos sera en baskets et vélo.

VANG VIENG

Nous souhaitons remonter vers le nord du pays. Après avoir un peu étudié des cartes à Vientiane, on se décide à passer du temps dans la partie Nord et à repasser par la Thailande pour rejoindre le Cambodge. Au début ça semble bizarre comme plan, mais point de vue logistique ça se tient.

Deuxième étape à Vang Vieng. Réputée il y a encore quelques années comme une ville ultra fêtarde en mode spring break pour les backpackers et autres étudiants, c’est maintenant une ville très tranquille et un bon point de départ pour découvrir les environs. Allez, on monte sur nos VTT et c’est parti. A chaque virage, il y a une nouvelle formation karstique avec son lot de grottes et de piscines naturelles. C’est magnifique et un pur bonheur de plonger dans une eau douce translucide après avoir sué sur le VTT.

Le vélo est le mode de transport idéal ici et permet de s’éloigner des grands arrêts touristiques et de la foule qui va avec. Chacun peut avoir une petite grotte à découvrir en toute tranquillité. Quand on est seuls avec nos frontales dans la chaleur moite de la grotte, on se sent une âme de spéléologue. Ou pas… Au bout de quelques minutes dans les entrailles de la terre, je me dis que l’entrée est un peu loin non ? Au fur et à mesure des grottes, on arrivera à aller de plus en plus loin. C’est bon, mode aventurier activé.

Le coin est vraiment beau et c’est un plaisir de rouler dans de tels paysages : falaises, rizières, buffles, jungle verdoyante, cascades et j’en passe. C’est ici qu’on commence à se rendre compte qu’une des choses frappantes dans ce pays, ce sont les sourires. Partout les gens sont souriants, surtout quand ils me voient galérer sur une petite montée à vélo alors qu’un enfant de 5 ans arrive à me dépasser… Cette fois en rigolant !

LUANG PRABANG

Nous poursuivons vers Luang Prabang, plus au Nord. Cette ville est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle contient plusieurs magnifiques temples bouddhistes et des bâtiments de l’époque coloniale très bien restaurés. Se balader dans péninsule entourée par le Mékong et par la Nam Khan est un réel plaisir. Pour un beau coucher de soleil, nous n’avons pas été conquis par la colline de Phu Si. Allez plutôt boire une bière en terrasse d’un des restaurants au bord du Mékong, le spectacle et la tranquillité sont garantis.

Après avoir passé une journée à explorer la ville, nous louons des vélos pour aller faire une excursion. Une hésitation et puis c’est parti, nous nous décidons pour aller en direction des cascades Tat Kuang Si. La route est bonne et il n’y a pas trop de trafic, du moins le matin. Par contre, il y a deux belles montées qui me feront bien tirer la langue. Je n’ai pas encore bien l’habitude contrairement à Jérôme, qui fonce, mais ça passe et c’est drôle de voir les touristes en tuk tuk nous pointer du doigt. On imagine les conversations « oh t’as vu les deux tarés à vélo ? J’aimerais pas être à leur place » ou encore « oh t’as vu ils y vont à vélo !! La bonne idée, on aurait dû faire la même ! ».

Les cascades sont magnifiques avec leurs formations calcaires et les bassins d’eau turquoise. Pour ceux qui s’en souviennent, ça me rappelle fortement Pamukkale en Turquie, mais version jungle. C’est le matin, un peu frais pour aller se baigner, mais un vrai plaisir de se balader dans ce parc. Nous passons également dans le sanctuaire des ours bruns d’Asie et en apprenons un peu plus sur un commerce dont on ignorait tout. Ces ours sont capturés pour être enfermés dans de minuscules cages et devenir des distributeurs à bile, vendus sur le marché chinois comme stimulant sexuel. Le monde n’en finit pas de nous surprendre.

On remonte sur nos bolides et on profite du chemin du retour pour visiter quelques villages et déguster une glace artisanale en bord de route. Ce glacier a, apparemment, débuté ses activités il y a quelques jours à peine et je pense que le succès est garanti. La glace au lemongrass au lait de buffle est un délice. Trop trop bon !! Après cette petite pause, direction Luang Prabang.

Ici nous visitons également le « Uxo Laos Information Center » pour en apprendre un peu plus sur un volet tragique de l’histoire de ce pays. Le Laos, bien que déclaré neutre à la conférence de Genève, a été pris dans la guerre du Vietnam et s’est fait bombarder sans relâche par les Etats-Unis qui l’ont d’ailleurs longtemps nié. Résultat, 40 ans après la fin de la guerre, le pays est encore truffé de bombes non explosées qui font encore des blessés et des victimes à l’heure actuelle et a clairement joué un rôle dans le développement du pays.

Pour finir sur une note positive, spéciale dédicace au marché de Luang Prabang. Le vrai marché, celui des fruits et légumes, mais également des serpents, des rats, des crapauds ou des tarentules. Bon appétit bien sûr ! Les marchés, on adore et ceux du Laos étaient vraiment folklos. A faire et à refaire !

NONG KHIAW

Un de nos coups de cœur au Laos. Dès notre arrivée, on sent qu’on sera bien ici. Les paysages sont grandioses, avec ces formations karstiques qui plongent dans le Mékong. Nous élisons domicile dans des bungalows bon marchés et idéalement situés pour profiter des couchers de soleil depuis un hamac. Nous sommes bien chanceux de pouvoir profiter d’un tel endroit de la planète et dans de telles conditions.

Sur un élan de motivation extrême, nous partons à 5h du matin et à la frontale pour gravir les 500m qui nous séparent du sommet d’une montagne juste derrière notre bungalow. Il parait que les levers de soleil sont fabuleux… Manque de bol, ce jour-là les nuages ne souhaitent pas s’en aller et nous resterons la tête embrumée toute la matinée. Au moins, nous aurons évité la foule, nous étions 3 en haut.

Nous ferons deux jours de vélo autour de Nong Khiaw. Un jour sur une piste assez compliquée en mode montagnes russes, mais qui nous permettra de voir des champs d’orangers, des buffles en baignade dans la rivière et un village loin de tout qui vit encore à un autre rythme. Les enfants étaient en train de s’entrainer à faire leur danse traditionnelle, probablement en vue de la fête nationale qui aurait lieu le weekend. Ils ont bien ri quand j’ai essayé de me joindre à eux pour esquisser quelques pas de danse. Pendant que d’autres enfants jouaient à faire dévaler leur roue dans une pente, les femmes triaient le riz. Ce village n’est pas à la carte des tours opérateurs et cela se ressent. On y passera un merveilleux moment hors du temps, et ce sera aussi l’occasion de se jeter dans le Mékong pour se rafraichir.

Pour la seconde sortie à vélo, beaucoup plus de montée et plusieurs villages croisés. Certes, ils voient sûrement plus de touristes, mais pas assez pour ne plus s’amuser de nous crier des « hello » à tue-tête à chacun de nos passages. Toujours avec le sourire!  Encore une chouette journée à vélo, même si cette dernière était très physique. Les villages et les paysages étaient tellement beaux, qu’on en oublie (presque) les difficultés. Et à la pause on n’oubliera pas de manger quelques oranges locales qui sont absolument délicieuses.

LUANG NAMTHA

Dernière étape laotienne à Luang Namtha, près du parc national de Nam Ha. Le trajet en minibus est assez épique, tourniquote en montagne et nous rappelle très fortement l’ambiance du Népal. La moitié des gens malades, le chauffeur qui trace comme un fou, c’est l’instant nostalgie. Sur la route on aura régulièrement des effluves pestilentiels qui proviennent des camions. On se demande ce que c’est. Des ordures ? Des carcasses animales ? Et bien pas du tout !! On le verra dans la région de Luang Namtha, c’est en fait du caoutchouc qui est transporté et punaise ce que ça sent mauvais. Il y a des forêts entières d’arbre à caoutchouc et il semble que ce soit une activité rentable ici aussi.

Si nous sommes venus jusqu’ici, c’est pour faire un trek dans la jungle du parc national. Nous partons sur une journée avec une agence qui nous a été recommandée par des Normands bien sympas que l’on avait rencontrés dans le minibus. Et nous n’avons pas été déçus. Le matin, nous passons par le marché local et découvrons encore de nouvelles saveurs. Ensuite, direction la jungle où nous goutons plusieurs plantes et  racines, tout en en apprenant un peu sur les laotiens, notamment les habitants des montagnes, avec qui nous partagerons un verre de gnolle, qu’ils traduisent eux-même en « happy water »… Le guide est très sympa et le soir il nous emmènera faire une partie de pétanque avant d’enchainer sur un karaoké. Il faut l’avouer, pour une dernière soirée au Laos, c’était plutôt inattendu et ça m’a presque donné envie de m’inscrire dans un club de pétanque au retour.

Il est temps pour nous de retrouver la Thailande pour quelques jours.

CHIANG RAI

Nous devons rejoindre Siem Reap au Cambodge. Nous profitons de passer par Chiang Rai pour faire le plein de pad thai et de mango sticky rice. Mais aussi pour aller visiter un sanctuaire d’éléphants, l’Elephant Valley. Nous passons la journée à en apprendre un peu plus sur les éléphants d’Asie et à les observer. Ils sont bien plus petits que les éléphants d’Afrique et les femelles n’ont pas de défense. C’était l’instant culture générale.

L’après-midi notamment sera fabuleuse. On peut les observer pendant qu’ils se baignent, qu’ils vaquent à leurs occupations et la guide nous explique un peu leurs différents comportements. Nous avons la chance de n’être que tous les deux cet après-midi-là, ce qui rend l’expérience encore plus magique. Ici, on observe les animaux, on n’est pas là pour les monter, les caresser ou leur faire faire des choses. Ils font ce qu’ils veulent et on les suit à distance pour les voir vivre. Nous aurons par contre l’occasion d’aller leur couper des bananiers et de leur donner à manger. Ces plantes sont pleines d’eau et les éléphants en raffolent. Comme des enfants, nous sommes subjugués par leur beauté et on se dit qu’on irait bien aussi quelque part en Afrique voir les grands éléphants dans leur habitat naturel…

DSCN5686

Il ne nous reste plus qu’à aller explorer le Cambodge avec vous. D’ici-là, on vous souhaite à tous de très bonnes fêtes!!!

GOPR2600modif.JPG

Marielle & Jérôme

2 réflexions sur “Le Laos au bout du guidon

  1. Waouh que c’est beau mais nous on prépare NOEL avec tout ce qui va avec : foie gras, saumon, chocolat et biensûr champagne…
    JPYEUX NOEL à vous
    et dans l’attente des prochaines photos et commentaires,
    Bisous à vous deux
    Claudette et Gilbert

    J'aime

  2. Je relis cet article au boulot et… je le regrette. VOUS VENDEZ DU RÊVE !
    Voyager au Laos à vélo : le pied ! J’espère que vous profitez toujours autant de votre voyage (bien mérité).
    Hâte de vous revoir en France… ou ailleurs 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s