À la conquête de l’Everest (partie 2)

[Nous sommes actuellement sur les îles de la côte Andaman, en Thailande. Selon ce que vous venez y chercher et à quelle époque, c’est un petit coin de paradis où la vie est bien douce. Nos journées sont rythmées par les vagues, entre farniente, snorkeling et pad thai. Pour vous, nous allons nous replonger dans nos souvenirs népalais pour tenter de vous conter la fin de nos aventures en Himalaya.]


JOUR 9

Namche ne nous emballe pas plus que ça, on préfère continuer vers Kumjung en passant par Khunde. Outre le fait que cela soit bon pour l’acclimatation, il y a là un petit hôpital qui me permettrait d’être fixée sur l’état de mon pied. Au final, on aurait pu s’en passer. Sur place ils étaient très gentils, mais en gros on m’a juste dit « c’est tout bon, t’as pas de tendon déchiré tu peux continuer ». Et bien soit, alors continuons!

À Kumjung ce sera journée lessive. On profite qu’il y ait une petite fontaine et la possibilité d’accrocher le linge dans le vent et sous un peu de soleil.

Au lodge, on retrouve une dernière fois Tom le Néo Zélandais. Demain, lui continuera directement dans la direction de Gokyo, la vallée du milieu. Pour nous, ce sera direction la vallée de droite pour aller découvrir Chukung. On reste sur notre plan de trek des 3 cols, sauf que l’on va zapper le premier. En gros, on va faire le trek des 2 cols! Mais si on comptait les cols de la première partie de trek, alors on en serait au trek des 6 cols. Pas mal tout de même.

JOUR 10

Pour rejoindre Pangboche, notre prochaine destination, on a deux options. Une étape courte ou une étape plus longue. On choisit évidemment la plus longue, histoire de ne pas perdre notre bel entraînement de première partie de trek. Ce chemin passe par Phortse et est plus en hauteur que l’autre option. Nous aurons des vues superbes, notamment sur l’Ama Dablam. Le Cervin local! Une montagne vraiment magnifique.

Il fait très beau, nous croisons peu de touristes, mais surtout des porteurs.


Après Phortse le chemin grimpe encore et les vues sont vertigineuses. Si le chemin est assez large et agréable, il ne faut pas trop avoir le vertige. Mais bon, après la traversée du Zanskar, on a le pied sûr et plus rien ne nous impressionne!

Nous croiserons d’énormes Yaks! Et quelques chèvres rigolotes qui sont bien meilleures grimpeuses que nous.



Ce soir nous dormons dans le haut Pangboche, à presque 4000m, et nous serons seuls dans notre auberge. Quand on sait que dans le bas village, à quelques minutes à peine ils s’entassent dans les lodges… On savoure cette soirée solitaire, demain ce ne sera pas la même.


JOUR 11
La journée s’annonce bien: soleil radieux, petite étape, peu de monde en début de journée. Et surtout, au premier virage, une vue à tomber par terre sur les montagnes qui nous entourent. Mais attend… c’est quoi toutes ces montagnes? C’est le Lhotse là-bas? Et la grosse montagne derrière, ce ne serait pas l’Everest!? Mais si!!!!!! On le voit!!!!! Ils sont devant nos yeux ces sommets mythiques, ces 8000 qui font rêver tant d’alpinistes. Une pause s’impose malgré nous pour admirer le paysage. On est vraiment contents d’en être enfin là dans notre périple!

Après un long moment, on redémarre pour finir cette petite étape. On arrive vers midi à Dingboche et on se met en quête d’un logement. Il y a beaucoup de monde dans ce village à la croisée des chemins. Le lodge n’est pas super, mais pas trop cher et au final on n’est pas bien compliqués.

JOUR 12
Jour de repos. On se lève donc à 6h et c’est parti pour une balade vers Chukung en sac léger. On laisse le gros de nos affaires à Dingboche où on passera une seconde nuit. On s’acclimate gentiment, histoire de passer les cols sans soucis.

Sur la route, on croise nos premiers Suisses. Eux aussi ont renoncé au premier col. La vue dans cette vallée est incroyable. On se sent tout petits. Comme on arrive rapidement au village, on décide de poursuivre un peu en montant vers un point de vue un peu plus haut, en direction du Chukung Ri. Et cela en valait la peine! Déjà on dépasse les 5000m, ce qui est super pour l’acclimatation. Et la vue… on va le répéter à chaque fois, mais quelle vue … l’Ama Dablam, le Baruntse, Makalu, la chaîne du Lhotse, si belle, si massive quand on a le nez dedans…

Bref, cela valait bien la peine de venir jusqu’ici pour cette journée de repos plutôt que de rester dans notre lodge moisi. À Chukung on fait une pause thé à rallonge (plus d’une heure…) et on rencontre Fred, un français. En discutant on se dit qu’il doit avoir un sacré niveau d’alpi. Ah il est guide en fait. Il vient faire quoi? Le Nupse? … mais il a vraiment un sacré niveau alors non? Nous on vient faire quoi dans le coin? Euh…. une balade? Fred est là avec deux de ses potes pour donc tenter une troisième fois l’ascension du versant sud du Nupse en style alpin. On croise les doigts pour eux! D’ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur leurs épopées, vous pouvez aller visiter leur site du Gang des Moustaches.

Pendant toute la durée du voyage, il sera compliqué d’avoir des infos fiables sur la météo. Quand on demande aux propriétaires des lodges, ils nous répondent que demain le temps sera meilleur qu’aujourd’hui. Fred nous dira qu’ils vont tenter leur ascension après la perturbation prévue dans 3 jours. Ah bon, il va neiger? De retour à Dingboche on décide de pousser au plus vite vers le premier col pour éviter de le passer sous la neige. Demain, direction Dzongla.


JOUR 13

Notre chemin ce matin est le même que celui qui va en direction du camp de base de l’Everest. Et il est très, très, très fréquenté. Que de monde… On est bien contents de bifurquer en direction de Dzongla juste après la pause thé. On se retrouve seuls pour le reste de la journée!

Une belle journée qui passe près d’un lac un peu voilé aujourd’hui. À Dzongla, le luxe: on se prend une douche chaude gratuite! Comment? Dehors il y a un tuyau qui prend de l’eau 1200m plus loin et qui chauffe au soleil sur tout le long. Arrivé à Dzongla, la température de l’eau est parfaite pour une douche en ce début d’aprème. Il faut bien ça, demain une très grosse journée nous attend pour passer le Cho La. On s’autorise un petit plaisir, une petite frite avant le Dal Bhat. Un des meilleurs qu’on ait eu jusque là d’ailleurs. Cette nuit je dormirai comme un bébé à 4900m d’altitude, je crois qu’on s’est très bien acclimatés. On est prêts pour les cols!

JOUR 14

Réveil qui pique un peu à 4h15. On a discuté avec pas mal de gens qui revenaient du col et qui nous ont mis un peu la pression concernant la difficulté de la journée. On se lève donc très tôt histoire de ne pas être dans la course toute la journée. Je ne veux pas tout dévoiler, mais disons que l’on sera parmi les premiers arrivés à Gokyo et les gens nous dirons « you’re fast!! ».

On part vers 5h15 à la frontale et le froid nous saisit. Je suis gelée et mes petits gants ne servent pas à grand chose. Mais on a une belle lune qui éclaire les sommets enneigés qui nous entourent, dont le magnifique Cholatse. Le spectacle nous ralentit, on ne peut s’empêcher de s’arrêter toutes les 10 minutes pour voir les lumières du jour apparaître.


On attaque une petite montée raide avec un peu de grimpette, j’aime bien cette journée. Quand c’est varié comme ça, je ne sens pas le temps passer. Le chemin est bien balisé et on traverse le petit glacier du Chola sans soucis et sans crampons. Les conditions sont excellentes.


On arrive rapidement au col où l’on croise pas mal de monde, mais on ne se marche pas non plus dessus. Rien à voir avec le Kala Pattar, d’après ce que nous racontent d’autres trekkeurs rencontrés en chemin. D’ailleurs aujourd’hui on rencontre Philippe (coucou !! Si tu nous lis 🙂 ), qui fait l’intégralité du trek des 3 cols et qui a une pêche d’enfer. Aujourd’hui c’est juste une formalité pour lui. Avec un autre trekkeur, Hussein, on ira jusqu’à Gokyo à un bon rythme (pour moi hein).



La descente du col est longuette, un beau pierrier un peu casse patte. Mais ça passe bien, il fait grand soleil, on est dans les temps et les paysages sont tellement beaux.

Petite pause thé et c’est reparti, on a le glacier du Khumbu à traverser. Il est immense et cela nous prendra bien deux heures à traverser ce chaos de glace et de roche. Après une dernière petite montée, on sort de la moraine et on arrive en haut de Gokyo. C’est magnifique!!


On aura mis 7 heures pour y arriver et il est donc l’heure de déjeuner quand on arrive. Le sherpa stew passe bien à midi, c’est une soupe assez costaud avec des légumes, des pâtes fraîches, des patates, etc.

On reste dans un immense lodge, un peu cher mais qui était une bonne option dans le coin. La nourriture était très bonne et les gens sympas pour Gokyo. Effectivement, on retrouve un peu de foule par ici et l’ambiance de ces villages très fréquentés en saison.

On vous donne rendez-vous pour la suite (et fin) tout bientôt. Après, préparez-vous à avoir un peu de lecture. La Malaisie et la Thailande valent la peine d’être racontées …

Marielle & Jérôme

5 réflexions sur “À la conquête de l’Everest (partie 2)

  1. Éh bé, vous l’avez vraiment bien mérité, votre repos.

    On est saisi par « vos » montagnes rien que par les photos. Merci de partager votre périple avec le commun des mortels 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s